Veuillez tourner votre appareil
Biographie Résistance
Barbara Makuch

Barbara Makuch, née en Russie en 1917, grandit à Varsovie, dans une famille catholique. Elle est diplômée d’une école agricole à Vilna. Elle souhaite poursuivre ses études à Varsovie, mais c’est impossible à cause de l’invasion allemande de la Pologne. Dans les jours chaotiques qui suivent, son père est abattu par un soldat allemand en plein jour.

Barbara, sa mère et sa sœur s’installent alors dans la maison de la tante de Barbara à Sandomierz. Barbara trouve du travail en tant qu’enseignante dans un internat agricole pour garçons à Tarnobrzeg et sa mère déménage avec elle. À partir de 1942 Barbara aide plusieurs Juifs: elle abrite Malka, une petite fille de six ans, pendant environ six mois, disant aux voisins que l’enfant est sa cousine. Elle aide aussi plusieurs autres Juifs.

Barbara devient messagère pour Zegota (une organisation clandestine polonaise d’aide aux Juifs), qui transporte des faux documents et livre de l’argent aux Juifs cachés. Un jour, dans le train allant de Varsovie à Lvov, les Allemands fouillent les sacs de Barbara et trouvent des documents de Zegota. Emmenée dans une prison de Lublin, elle est torturée pendant un mois, puis transférée dans une prison de Lvov. À la fin de 1943, Barbara est envoyée dans le camp de Ravensbrück, en Allemagne. En mai 1945, lors d’une marche de la mort à travers le pays, elle est libérée par les Américains.

Après la guerre, Barbara retourne en Pologne et retrouve sa mère et ses sœurs. Elle devient amie avec la petite Malka et sa mère, qui, après quelque temps, partent s’installer au Canada. Elles proposent à Barbara de les rejoindre au Canada. C’est là que Barbara rencontre son mari et s’installe à Montréal en 1959l. En 1979, Barbara est désignée « Juste parmi les Nations » par l’organisme Yad Vashem. Elle est morte en 2003.

Biographie Résistance
Barbara Makuch

Barbara Makuch, née en Russie en 1917, grandit à Varsovie, dans une famille catholique. Elle est diplômée d’une école agricole à Vilna. Elle souhaite poursuivre ses études à Varsovie, mais c’est impossible à cause de l’invasion allemande de la Pologne. Dans les jours chaotiques qui suivent, son père est abattu par un soldat allemand en plein jour.

Barbara, sa mère et sa sœur s’installent alors dans la maison de la tante de Barbara à Sandomierz. Barbara trouve du travail en tant qu’enseignante dans un internat agricole pour garçons à Tarnobrzeg et sa mère déménage avec elle. À partir de 1942 Barbara aide plusieurs Juifs: elle abrite Malka, une petite fille de six ans, pendant environ six mois, disant aux voisins que l’enfant est sa cousine. Elle aide aussi plusieurs autres Juifs.

Barbara devient messagère pour Zegota (une organisation clandestine polonaise d’aide aux Juifs), qui transporte des faux documents et livre de l’argent aux Juifs cachés. Un jour, dans le train allant de Varsovie à Lvov, les Allemands fouillent les sacs de Barbara et trouvent des documents de Zegota. Emmenée dans une prison de Lublin, elle est torturée pendant un mois, puis transférée dans une prison de Lvov. À la fin de 1943, Barbara est envoyée dans le camp de Ravensbrück, en Allemagne. En mai 1945, lors d’une marche de la mort à travers le pays, elle est libérée par les Américains.

Après la guerre, Barbara retourne en Pologne et retrouve sa mère et ses sœurs. Elle devient amie avec la petite Malka et sa mère, qui, après quelque temps, partent s’installer au Canada. Elles proposent à Barbara de les rejoindre au Canada. C’est là que Barbara rencontre son mari et s’installe à Montréal en 1959l. En 1979, Barbara est désignée « Juste parmi les Nations » par l’organisme Yad Vashem. Elle est morte en 2003.

Biographie Résistance
Barbara Makuch

Barbara Makuch, née en Russie en 1917, grandit à Varsovie, dans une famille catholique. Elle est diplômée d’une école agricole à Vilna. Elle souhaite poursuivre ses études à Varsovie, mais c’est impossible à cause de l’invasion allemande de la Pologne. Dans les jours chaotiques qui suivent, son père est abattu par un soldat allemand en plein jour.

Barbara, sa mère et sa sœur s’installent alors dans la maison de la tante de Barbara à Sandomierz. Barbara trouve du travail en tant qu’enseignante dans un internat agricole pour garçons à Tarnobrzeg et sa mère déménage avec elle. À partir de 1942 Barbara aide plusieurs Juifs: elle abrite Malka, une petite fille de six ans, pendant environ six mois, disant aux voisins que l’enfant est sa cousine. Elle aide aussi plusieurs autres Juifs.

Barbara devient messagère pour Zegota (une organisation clandestine polonaise d’aide aux Juifs), qui transporte des faux documents et livre de l’argent aux Juifs cachés. Un jour, dans le train allant de Varsovie à Lvov, les Allemands fouillent les sacs de Barbara et trouvent des documents de Zegota. Emmenée dans une prison de Lublin, elle est torturée pendant un mois, puis transférée dans une prison de Lvov. À la fin de 1943, Barbara est envoyée dans le camp de Ravensbrück, en Allemagne. En mai 1945, lors d’une marche de la mort à travers le pays, elle est libérée par les Américains.

Après la guerre, Barbara retourne en Pologne et retrouve sa mère et ses sœurs. Elle devient amie avec la petite Malka et sa mère, qui, après quelque temps, partent s’installer au Canada. Elles proposent à Barbara de les rejoindre au Canada. C’est là que Barbara rencontre son mari et s’installe à Montréal en 1959l. En 1979, Barbara est désignée « Juste parmi les Nations » par l’organisme Yad Vashem. Elle est morte en 2003.

Biographie Résistance
Barbara Makuch

Barbara Makuch, née en Russie en 1917, grandit à Varsovie, dans une famille catholique. Elle est diplômée d’une école agricole à Vilna. Elle souhaite poursuivre ses études à Varsovie, mais c’est impossible à cause de l’invasion allemande de la Pologne. Dans les jours chaotiques qui suivent, son père est abattu par un soldat allemand en plein jour.

Barbara, sa mère et sa sœur s’installent alors dans la maison de la tante de Barbara à Sandomierz. Barbara trouve du travail en tant qu’enseignante dans un internat agricole pour garçons à Tarnobrzeg et sa mère déménage avec elle. À partir de 1942 Barbara aide plusieurs Juifs: elle abrite Malka, une petite fille de six ans, pendant environ six mois, disant aux voisins que l’enfant est sa cousine. Elle aide aussi plusieurs autres Juifs.

Barbara devient messagère pour Zegota (une organisation clandestine polonaise d’aide aux Juifs), qui transporte des faux documents et livre de l’argent aux Juifs cachés. Un jour, dans le train allant de Varsovie à Lvov, les Allemands fouillent les sacs de Barbara et trouvent des documents de Zegota. Emmenée dans une prison de Lublin, elle est torturée pendant un mois, puis transférée dans une prison de Lvov. À la fin de 1943, Barbara est envoyée dans le camp de Ravensbrück, en Allemagne. En mai 1945, lors d’une marche de la mort à travers le pays, elle est libérée par les Américains.

Après la guerre, Barbara retourne en Pologne et retrouve sa mère et ses sœurs. Elle devient amie avec la petite Malka et sa mère, qui, après quelque temps, partent s’installer au Canada. Elles proposent à Barbara de les rejoindre au Canada. C’est là que Barbara rencontre son mari et s’installe à Montréal en 1959l. En 1979, Barbara est désignée « Juste parmi les Nations » par l’organisme Yad Vashem. Elle est morte en 2003.